Merci pour vos témoignages qui vont droit au coeur et merci à vous de me faire confiance et de partager un moment de votre vie avec moi. Toujours à votre service !
(certains noms ont été changé par confidentialité)

Ici, tout va pour le mieux, nous avons un "nouveau" garçon qui nous dit chaque jour "je suis le plus heureux des garçons". Il a repris le sport après 18 mois d’arrêt, se défoule, passe beaucoup moins de temps à travailler (la différence est énorme ! Je ne sais pas si cela vient également des profs, peut-être des deux, en tous les cas, nous avons de vrais WE et A.... ne passe pas son temps dans les devoirs ). C’est juste génial. Il a énormément repris confiance en lui, a de bons résultats et se dit qu’en apprenant régulièrement ses leçons, c’est plutôt assez facile ! Il n’avait jamais le temps de faire cela auparavant, il s’organise et mémorise beaucoup plus facilement, il fait même des exercices supplémentaires en maths ! Il est super motivé, travaille seul et me rappelle à l’ordre lorsque j’essaye de m’incruster (je travaille beaucoup sur moi, pour le laisser faire, je l’aide uniquement sur la méthode de travail, et parfois il me récite ses leçons à sa demande). Nous sommes enchantés par tout cela.

Je le sens beaucoup mieux à l’école avec les copains, il m’a même avoué qu’un petit groupe de sa classe souhaitait qu’il se présente en tant que délégué de classe. Il n’a pas envie mais il a beaucoup avancé au niveau de la confiance en lui. Ce qui lui semblait inatteignable jusqu’à l’an passé devient accessible et cela change tout. Il me dit souvent "Maman, j’ai l’impression que je m’envole".

Je te remercie tant pour tous ces changements qui sont la conséquence directe du stage de cet été, de sa motivation à effectuer le changement et de son travail.
Maman de A....

En 5 jours j ai réalisé comment je fonctionnais ou je dis-fonctionnais, tout m’a semblé limpide...
Je peux aujourd’hui lire sans partir ailleurs.. Écouter une conversation jusqu’à la fin... J’ai plus confiance dans mon orthographe... Je réalise tous les jours mes exercices... Je suis sur la bonne voie... Merci Virginie... Claire 43 ans

Stage effectué la première semaine du Juillet 2014. Nous sommes fin août 2014.

Depuis que ma fille a fait le stage DAVIS, ma fille lit. Cela semble incroyable et un peu miraculeux mais elle lit.
Elle a 15 ans et pensait ne jamais pouvoir avoir accès à la lecture, tellement cela était laborieux, épuisant et incompréhensible.
La rencontre avec Virginie a été révélatrice.
Ma fille n’avait plus un handicap, mais un don qu’elle devait apprendre à maîtriser.
Je ne peux pas échanger de cette méthode avec elle, car c’est son jardin privé et lui en parler la dérange, seul Virginie y a accès.
Nous avons pris 2 autres semaines pour faire les mots déclencheurs, car ma fille réclame Virginie.
Je vois juste le résultat :
Maintenant elle est toujours en train de lire.
Elle prend des initiatives qu’elle n’aurait jamais prises avant. Par exemple : se rendre au magasin seule, acheter ses lunettes de piscine... Tout simplement...
Je constate qu’elle a pris de l’assurance. Il semble ne plus y avoir d’obstacle.
Je suis contente que cette rencontre se soit faite, cette relation de confiance qui s’est créée avec ma fille et Virginie, c’est assez émouvant.
Merci encore Virginie pour votre énergie, votre amour pour votre métier et toute l’attention que vous portez à ma grande fille.
Je suis disponible, si vous souhaitez échanger sur la qualité et les principes de ce stage.
Coordonnées à demander à Mme Virginie Texier
Marie Annick, 2014

Maëlys était une enfant qui manquait de confiance en elle, stressait et avait beaucoup d’angoisse surtout à l’école. Les évaluations étaient très dures pour elle. Sa lecture était assez fluide mais elle ne comprenait pas ce qu’elle lisait. Grâce à la méthode Davis il y a eut beaucoup d’amélioration, elle comprend ce qu’elle lit et surtout angoisse nettement moins et les évaluations sont incontestablement meilleures. Maëlys a largement développé sa confiance en elle.
Un grand merci à Virginie, depuis le stage tout va mieux, il y a évidemment moins de tensions et la scolarité se passe plus agréablement.
Nathalie, 2014

Merci Virginie, quel soulagement de se sentir mieux et de ne plus stresser et de comprendre ce que je lis. Merci encore
Maëlys, 2014

Quel changement ! notre petit garçon n’est plus le même. Les profs n’en reviennent pas non plus. Avant c’était : il est insolent, tout lui glisse dessus, il s’en fout, il ne fait pas d’efforts... Après le stage, sa moyenne générale a grimpé au-dessus de 15/20. A la maison il écoute alors qu’avant il fallait lui dire 20 fois les choses. Il est présent et avec nous... beaucoup moins dans la lune qu’avant.
Lydie, 2013


DR CATHERINE DOLTO , HAPTO-PSYCHOTHÉRAPEUTE , NOUS A FAIT L’AMITIÉ D’ ÉCRIRE LE TÉMOIGNAGE SUIVANT :
Pourquoi je crois en la méthode Davis ?
Penser trop en avance sur les autres est une chose risquée.
Défricher des chemins hors des sentiers battus par la science officielle c’est s’exposer à n’être pas écouté et à être réfuté avant d’avoir été vraiment entendu. L’histoire de la pensée scientifique est pleine de ces histoires qui se répètent au fil des siècles au point qu’on s’étonne de se laisser encore prendre par ces querelles qui freinent le déploiement de la réflexion. Des l’enfance j’ai eu la chance d’entendre les grandes personnes parler de leurs travaux, j’ai été grandement aidée à chercher ce qui me paraît vrai et juste au delà du conformisme par une mère que j’ai souvent entendu dire au retour d’une conférence : « tout le monde a été d’accord avec moi c’est donc que je n’ai rien dit d’intéressant ». Par ailleurs je fais partie de la génération des jeunes pédiatres qui ont commencé à exercer à une époque où la science n’ayant pas prouvé l’existence des voies de la douleur chez l’enfant par conséquent on n’anesthésiait ni sédatais pas les tout petits. Cela a duré jusqu’à la fin des années 80 et c’est grâce à quelques esprits libres qui ont acceptés les railleries des scientifiques que les choses ont fini par changer. Mais ce fut un long combat.

La dyslexie, la dysorthographie, la dyscalculie, sont des champs d’étude d’une très grande complexité où se croisent des processus neuronaux, cognitifs, culturels et affectifs. Nos connaissances sur le développement et le fonctionnement du système nerveux sont en plein essor mais elles sont encore très partielles par rapport à ce qu’elle seront dans vingt ans et elles ne sont certainement pas suffisantes pour nous donner une vision globale et définitive de la manière dont se font le stockage et le déstockage des informations nécessaires à l’acquisition des connaissances et à l’organisation de la pensée.
Peu à peu nous sortons de la conception dualiste qui sépare le corps de l’esprit et nous commençons à comprendre combien les perceptions, les sensations, les émotions et les sentiments jouent un rôle capital dans l’organisation de nos facultés cognitives et la construction de notre pensée. Nous commençons seulement à percevoir l’importance et la nature de la symphonie proprioceptive qui sous tend notre intelligence et notre présence au monde. La vie affective étant sans doute le chef d’orchestre secret qui dirige cette symphonie.

Ron Davis a fonctionné en clinicien et il fut son premier cas clinique puisque c’est à travers son expérience personnelle qu’il a construit un système de pensée totalement novateur. C’est sans doute une des raisons de son succès, car sa méthode fonctionne et a aidé des milliers de dyslexiques en souffrance. C’est aussi probablement ce qui le rend suspect aux yeux des praticiens qui n’ont pas eu l’occasion de connaître cette approche à travers ses succès thérapeutiques. J’ai eu cette chance, j’ai vu des patients se transformer, sortir de leur sentiment d’infériorité, reprendre gout aux études et j’ai vu se déployer en eux tous les immenses effets bénéfiques d’une intelligence qui se dévoile et de la confiance en soi retrouvée ou découverte.
Dans le quotidien des thérapeutes les questions d’apprentissage, de réussite scolaire, de concentration, des « dys » dans leur ensemble pour dire vite, tiennent une place importante. Les parents et les enfants attendent de nous une aide concrète, efficace. La manière dont nous les orientons vers tel type de rééducation ou de thérapie est d’une importance cruciale. Les écoles de pensées sont nombreuses et souvent intéressantes et c’est une chance d’avoir le choix et de pouvoir réfléchir en fonction des indications ce qui n’a pas toujours été le cas. Dans l’état actuel des choses l’approche de Ron Davis est une des plus intéressantes parce que c’est celle qui permet d’aborder ces difficultés de la manière la plus globale et la plus complexe en considérant le patient comme un tout. Un être sentant, percevant/pensant, imaginant, d’une manière toujours singulière auquel on offre une aide adaptée à sa manière spécifique de percevoir le monde. Cette méthode met en jeu au même moment le geste de la main et la pensée en tant que mouvement. « La main est la partie visible du cerveau » disait déjà E. Kant.
Le mouvement est un tout, on l’a trop souvent oublié, voir nié par le passé. S’ajoute à cela la dimension de la relation avec le praticien, d’abord parce que le travail s’inscrit dans la continuité d’une session qui s’étale sur plusieurs jours ce qui permet que l’accordage s’établisse progressivement, ensuite, et c’est à mes yeux très important, parce que cette pratique qui s’invente et se ré invente pour chaque patient implique un engagement particulier de la part du praticien auquel les patients sont très sensibles.
Dr . Catherine Dolto
Hapto psychotherapeute

...


Davis Dyslexia Association International

Les services professionnels décrits comme Davis®, Correction de la Dyslexie Davis®, Maîtrise des Symboles Davis®, Conseil d’Orientation Davis®, et Maîtrise des Maths Davis® ne peuvent être fournis que par des personnes employées par un Spécialiste Davis certifié ou qui sont formées et certifiées/agréées en tant que Facilitateurs Davis par la Davis Dyslexia Association International.